mise à jour du 14 Novembre 2005

Biographie ECHO MINOTT

Article

   

Cultural Vibes - Radio Reggae show - Biographie ECHO MINOTT

Retour sur la carrière du vétéran artiste dancehall Echo Minott, au moment de la sortie de son album "Roots of Dancehall - Anthology 1982 /2005" ECHO MINOTT (Jamaïque) : Echo Minott, de son vrai nom Noel Philipps, est né en 1963 et a grandi dansle quartier Maverley de Kingston, Jamaïque. Il commença à chanter dès sonplus jeune âge, apparaissant dans des compétitions entre talents locaux etlors de concerts à l’école. Sa carrière démarra en 1981 quand il enregistral’album « Youthman Vibration » pour le légendaire producteur PrinceJammy à l’âge de 17 ans. Cet album ne fut pas commercialisé en Jamaïqueet apparu sur le label Starlight basé à Londres, Royaume-Uni. Il enregistraaussi un album obscur sous son propre nom Noel Phillips. En 1982, il enregistra « Emilio Bimbo » avec Prince Hammer, qui prit encharge sa carrière sur son propre label Berris. Avec le producteur JackScorpio, il enregistra « Lazy Body », un titre précurseur dans la période Digitale, par le rythme composépar un beat machine, considéré par les puristes comme sacré. En 1983, il enregistra la tune « Ten Miles » pour son cousin, producteur Errol Marshall, première tune àêtre produite sous le nom Echo Minott. Ensuite, il enregistra son premier hit au Royaume-Uni « Man inLove » (Oak Sound) pour Dillinger et un album « Echo Minott meets Sly & Robbie » (Jam-Can) pour lecélèbre producteur Georges Phang. Quatre de ces morceaux furent plus tard réédités sur un albumintitulé « Echo Minott meets Frankie Paul » (Powerhouse) sorti en 1987. Du fait d’une forte popularité en tant que chanteur Dancehall, Echo commença à enregistrer pourbeaucoup d’autres producteurs et réalisa son premier hit jamaïcain (single 7’’) avec le morceau « LoveProblems » produit par Joe Gibbs. Il enchaîna sur un autre hit, « Farmer Man » pour le label de Henry« Junjo » Lawes, Volcano Records. En 1985, Echo Minott devint finalement une star internationale de Reggae avec l’énorme tube « LazyBody », sorti sur le label Black Scorpio. Cette chanson fut numéro 1 reggae dans le monde entier etdéboucha sur un album complet regroupant les différentes versions. Cette production est suivie parl’album « Rock and Calypso » pour le producteur Harry J, contenant les tubes « Lazy Body », «Rockand Calypso » et le puisant « Uncle Sam Country », qui raconte ses exploits lors de son séjour auxEtats-Unis. A cette époque, Echo était membre régulier de deux des sound systems les plus en vue Black Scorpio etKing Jammy’s. C’est avec ce dernier que Echo produira ses prochains hits « Original Fat Thing » et« Put Your Hands Pon The Key » qui furent tous deux d’énormes tubes sur le nouveau etrévolutionnaire riddim Sleng Teng. Des centaines des versions ont été enregistrées depuis l’apparitionde ce riddim mais la version originale de Jammy’s reste définitivement celle avec les classiques deWayne Smith, Tenor Saw, Jonnhy Osbourne et Tonto Irie. La popularité de Echo Minott s’est accrue lorsqu’il créa en 1986 ‘What the Hell the Police Can Do »,sur le label Jammy’s, une référence à la réticence des forces de sécurité. Ce morceau fut de nouveau unhit atteignant le sommet des Jamaican Charts pendant trois mois consécutifs. Ce morceau fut précurseur,étant le premier à utiliser le rythme raggamuffin du Dancehall actuel et fut un morceau extrêmementcontroversé qui inspira de nombreuses versions tel que le hit « Babylon Boops » par Lovindeer. Celaamena Echo à enregistrer la seconde partie de ses propres productions dont « Me and My Girl GoneBack » qui fut aussi un tube international de reggae dancehall. King Jammy’s enchaîna ces tubes avecl’album « What The Hell » et aussi l’autre grand hit « Emmanuel Road », qui repris une chanson devieux folk jamaïcain sur un rythme dancehall.De nombreux autres hits comme « Mr Ruddy » (Witty), « Follow Me » (Music Master), « Been AroundThe World » (Jammys), Whip appeal (Black Scorpio) et Article Don (Two Friends), assureront àEcho de rester un nom incontournable au sein de la scène reggae à la fin des années 80, début desannées 90. En 1992, Echo quitta la Jamaïque pour s’installer à New York où il eu immédiatement un énorme hitinternational numéro 1 avec « Murder Weapon » (Signet) sur une version du rythme de Shaggy « OhCarolina ». Quand l’explosion de la Jungle débarqua au Royaume-Uni en 1993/1994, MurderWeapon fut revisité dans un nouveau style et devint encore une fois un immense hit.De retour en Jamaïque en 1994, Echo eu de nombreux hits Dancehall avec des chansons comme « I AmBack », une nouvelle fois pour Jammy’s et « Sensitive » pour Mafia and Fluxy. Ensuite, il se retira du‘reggae business’ pendant quelques années. Aujourd’hui, célébrant plus de 20 années de carrière comme artiste de reggae à succès, Echo a acquis unvéritable statut de vétéran. Il s’associa avec The Rootsman pour enregistrer une sélection de SpecialDub Plates en 2000 qui les amena à faire des tournées en Allemagne, Italie et Pays-Bas. En Mars 2002,il visita finalement le studio Third Eyes pour enregistrer de nouveaux morceaux produits par Rootsman.Trois morceaux « How Could I », « Oh Jah » et le Dancehall ‘Anthem’ « Sharpshooter » (sur uneversion roots maison revisitée du Sleng Teng) sont le fruit de ces sessions qui sortiront sur Third EyesMusic par la suite. L’année 2005 est l’année de son retour médiatisé en Jamaïque et en Europe, avec la sortie de son album‘Roots of Dancehall’ sur le label MAGUARI Productions et une tournée avec un des plus gros soundseuropéens, Soul Stereo. Il prévoit aussi des rééditions de oldies et de nouveaux morceaux, toujours encollaboration avec François ‘Djanko’, à découvrir prochainement sur le label NEW DIMENSION/MAGUARI Productions. DISCOGRAPHIE - Vinyle Master 12 Youthman Vibrations (King Jammy’s, 1981) - Vinyle Master 7 Farmer Man (Henry Junjo Lawes label ‘Volcano’, 1982) - Vinyle Master 12 Showcase (Georges Phang, 1984) - Vinyle Master 7 Love Problems (Joe Gibbs, 1985) - Vinyle Master 7 Put Your Hands Pon The Key (King Jammy’s, 1985) - Vinyle Master 12 Rock and Calypso (Harry J, 1985) - Vinyle Master 7 Lazy Body (Black Scorpio, 1985) - Vinyle Master 12 One Man Alone (Harry J, 1985) - Vinyle Master 7 What The Hell (King Jammy’s, 1986) - Vinyle Master 12 Familiar Face (Skengdon, 1986) - Vinyle Master 12 Echo Minott meets Frankie Paul (Empire, 1986) - Vinyle Master 12 Emmanuel Road (King Jammy’s, 1987) - Vinyle Master 7 One Two Bogle (Executive Music, 1987) - Vinyle Master 7 Been Around The World (King Jammy’s, 1989) - Vinyle Master 12 Mr Ruddy (Witty, 1989) - Vinyle Master 12 No Jolly Bus (Witty, 1989) - Vinyle Master 12 What A Heat (Witty, 1989) - Vinyle Master 12 Tom’s Diner (Witty, 1991) - Vinyle Master 7 Murder Weapon (Signet, 1992) - Vinyle Master 7 I Am Back (Jammy, 1994) - Vinyle Master 7 Sensitive (Mafia & Fluxy, 1994) - Vinyle Master 7 How Could I (Third Eyes Music, 2003) - Album CD ‘Echo Minott Roots of Dancehall’ Anthology 1982-2005 (New Dimension/MaguariProductions, 2005)+ des ‘Special’ Dub Plates pour des centaines de sound systems à travers le monde

Lien(s)

› http://www.maguari-prod.com/

Voir aussi :

› Part 3 - Sugar Minott Month Celebration / Tribute to Sugar Minott ant Youth Promotion Sound (2/2)  [Emission]

› Part 1 - Sugar Minott Month Celebration / Tribute to Sugar Minott and Youth Promotion Sound (1/2)  [Emission]

› Part 3 - We Love Shop Set 38 - From Reality Souljahs to Sugar Minott / From New Roots to Rub A Dub !!!  [Emission]

› Part 1 - Selecta Daweed - Hommage à Lincoln Sugar Booga Minott / Sugar Minott Tribute - 1 - The early years Singer  [Emission]

› Sugar Minott  [Interview]